Le Pacte d'Enroth

Forum de l'Empire d'Enroth, alliance multiplateformes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique de l'étendue de la peur au ventre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hardork

avatar


MessageSujet: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Jeu 6 Jan 2011 - 11:03

Une étendue désertique qui s'étendait à perte de vue. Les gens ne passaient jamais par la.
On y racontait que des choses ignobles se promenaient, que les gens massacrés par ces choses revenaient ensuite à la vie pour y connaître les affres de la non mort.
Cet endroit s'appelait « L'étendue de la peur au ventre »,
Qu'est-ce qui avait bien pu passer par la tête de ces gens qui avaient décidé de dresser un campement dans un endroit pareil?
1 - Une volonté d'en finir?
2 - Une trop grosse fatigue après des jours de marche dans le désert?
3 - La stupidité?
Peut être les trois, toujours est-il que se qui ressemblait à un bidon ville était en train de se former au milieu du désert.
Une quarantaine d'âmes s'étaient regroupé la. Pas à un autre endroit, non non on parle bien de l'étendue de la peur au ventre.
Déjà des histoires étranges parcourait le camp, un homme serait devenu fou et aurait décidé qu'une porte, bien qu'elle ait 2 états possibles, ouverte ou fermée, devait rester ouverte... A quoi bon construire une porte si c'est pour ne jamais la fermer. Ses concitoyens n'avaient pas vu son geste d'un bon œil et puisqu'il n'aimait pas les portes fermées, ils avaient décidés de lui condamner l'accès à la banque. Voilà et qu'il s'estime heureux que les potences ça coute des ressources...
On avait également retrouvé le cadavre d'un homme sur une pile de vieux vêtement, un rapide coup d'œil avait permis d'évaluer qu'il ne s'était pas fais croquer, mais bien qu'il avait croqué dans une capsule de cyanure. Se qui nous ramenait à l'hypothèse 1.

Notre aventure commence par une quinzaine de personnes se dirigeant vers notre bidonville. Ils étaient mené par 3 individus que l'on va appeler par leur nom dans un évident soucis de clarté à savoir Vodkarus, Exar et Azgrim. Étrange vision que ces trois gars l'un avec un bouclier anti-émeute et les deux autres avec des toutes petites pelles. Aussitôt la porte de la ville passée, à peine le temps de poser son bardas que nos peu recommandables individus étaient repartis dans le désert pour farfouiller le sable. Quoi de plus étonnant pour ces gens se baladant avec une petite pelle, sans doute ont-ils gardé leurs âme d'enfant (ça n'en sera que plus succulent ),

Mais prenons un peu de distance, laissons nos brillants héros quelques instants pour examiner de plus près cette ville. La première chose qui saute aux yeux ou plutôt aux oreilles en fait c'était ce gars en train de vociférer et d'insulter tout le monde. Un certain Paullus qui après quelques temps à taper sur le système de tout le monde avait fini par se faire mettre à la porte de la banque manu militari.
Cet étrange personnage une fois bannis paraissait finalement apaisé, enfin je ne sais pas si je vais garder ma santé mentale très longtemps en essayant de comprendre ces habitants du désert.

Dans cette ville certain ont se qu'on nomme la bosse des maths. Ces, heureusement rare, personnes ont une durée de vie très courte, ils partent dans le désert et finalement faute de ne pas savoir calculer un itinéraire correcte finissent invariablement par passer la nuit dehors. C'est le cas par exemple d'un grand gaillard du nom de Humanityguard qu'on voyait se balader avec un bouclier anti-émeute. On ne sait pas bien se qu'il était parti faire dans le désert, mais maintenant de la ville on peut apercevoir la petite bosse que constitue le petit tas de sable recouvrant son cadavre.
Il est mort très près de la ville, mais il était définitivement trop fatigué pour continuer, faut dire se balader avec un bouclier anti-émeute aussi... Se qui nous ramenait à l'hypothèse 2,

La vie allait pour le mieux dans cette ville, les gens dormant dehors se faisait bouffer pendant la nuit par des zombies, des gens travaillaient à l'atelier à défaire les objets fabriquer par les autre bossant également à l'atelier (hypothèse 3). Bref tout tournait parfaitement pas rond et ainsi font font font...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Larsen

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Jeu 6 Jan 2011 - 11:47

Excellent !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Jeu 6 Jan 2011 - 17:39

hardork a écrit:
des gens travaillaient à l'atelier à défaire les objets fabriquer par les autre bossant également à l'atelier (hypothèse 3). Bref tout tournait parfaitement pas rond et ainsi font font font...

HaHa lol! lol!

Trop bon la gazette maison ! Encore cheers
Revenir en haut Aller en bas
Buldo

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Jeu 6 Jan 2011 - 21:19

Jolies chroniques !
Revenir en haut Aller en bas
Buldo

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mar 11 Jan 2011 - 21:47

Allez, quelques récits :
X pour l'instant, pour voir s'il n'a pas peur de l'ire Impériale a écrit:
X avait passé l'attaque de la nuit dans ce qui lui servait d'habitation, une planche de bois tordue pour seul toit et une toile de tente comme mur. Caché sous son lit, il avait prié pour que les défenses tiennent, malgré la meute putrescente qui menaçait de tout détruire.
Vers minuit et quart, il entendit le champ de mines à eau exploser, les défenses de la ville se déclanchant les unes après les autres.
Un quart d'heure plus tard, il entendit les grognements des zombies autour de son abri d'infortune. Il se glissa encore plus profodément sous son sa paillasse, tentant tant bien que mal de se dissimuler.
Il entendit les cris de ses concitoyens, des hurlements de peur et d'agonie. Il reconnut la voix de l'impératrice, qui après avoir crié de désespoir et insulté copieusement Thirdsword, émettait ce qui ressemblait à des gémissements de plaisir, en parlant de morts-vivants chéris et de zombification.
Peu après, il entrevit deux formes se déplacer autour de sa tente, et ne pu s'empêcher d'écouter le bruit de pas trainant et les borborygmes, comme une mélodie hypnotisante.
Puis, alors qu'il croyait être tiré d'affaire, une silhouette se rua sur son abri, faisant tomber la planche et déchiquetant la toile.
Le zombie se redressa dans les décombres, humant l'air à la recherche de sa pitance.
X paniqua et voulu s'enfuir, mais bloqué par son lit, il ne put que ramper maladroitement, les genoux jouant des castagnettes. Ne regardant pas où il allit, il percuta la planche, ce qui fit tomber les dernières ficelles de sa maison.
Par chance, l'une d'entre elle passa autour du cou du mort vivant, et lorsque X reprit sa route en tirant sur la planche pour passer, le Zombie se retrouva la tête séparée du tronc. Mais X continua sa fuite éperdue à quatre pattes, jusqu'à ce qu'il ait les mains et les genoux en sang.

Au matin, le soleil le trouva affalé dans un trou, à moitié recouvert de terre. Il se réveilla en sursaut, et poussa un long hurlement d'horreur, qui fut bientôt rejoint par d'autres, un peu partout dans la ville.

Tremblant de tous ses membres, il se dirigea d'un pas mal assuré vers la place centrale, où la quinzaine de survivants se regroupait.

Incapable de parler, il observa en retrait les événements. Tour à tour, un citoyen manifestement sous le choc prenait un objet, et revenait quelques minutes plus tard, un sourire stupide aux lèvres, apaisé. Lorsque vint son tour, il saisit l'objet avec curiosité, et s'éloigna vers son taudis, rebati dans la matinée. Cherchant à en comprendre l'utilité, il l'étudia, et trouva un bouton pour le mettre en marche. Le petit manche se mit à vibrer dans ses mains, et par associations avec l'odeur, il comprit alors sa fonction.

Tout d'abord hésitant à utiliser quelque chose d'aussi sale, il ne fit plus le difficile au bout de quelques minutes.

Et puis, moi ^^
Citation :
BOmen avait peur dans sa tente, cette nuit-là. Ses dents claquetaient, les poils sur sa peau se hérissaient. Mais rien ne fut plus terrible que l'avancée des zombies vers la ville. Les bras ballants, les pieds trainant sur le sol encore chaud du désert aride, entraînant parmi eux ses anciens camarades, ces monstres à moitié morts sonnaient, comme chaque soir depuis une semaine déjà, la fin du soleil, la fin de la vie.

Il ne put se résoudre à s'endormir, et comme beaucoup des survivants, n'attendait plus que le dénouement. Les premières bombes éclatèrent, que déjà les pas lents de la horde sans vie secouaient la ville. Les tentes et taudis furent déchiquetés dans un ordre résolument non réfléchi. Une tente à gauche, un taudis à droite, une torche dans le nez. Rien n'était organisé, rien n'était réfléchi, contrairement à l'organisation exemplaire que les citoyens avaient créée jusqu'alors. Et pourtant, cette organisation fut submergée par la masse toujours titubante, mais toujours progressant vers le cœur de la ville.

Les cris étourdissaient autant les rescapés que les morceaux de chair putréfiée surprenait et assommait une poignée d'humains. Le résultat était pourtant le même : demain, ils ne seront plus humains. Demain, ils viendront pour les derniers. Encore une fois, encore une nuit froide...

Le réveil fut brutal, beaucoup d'amis sont partis rejoindre le héros solitaire qui n'a pas su camper la veille. La vie, la survie reprenait son cours, comme on le pouvait. Ramassant les débris çà et là, les regroupant, observant dans la tour, les zombies qui se regroupaient inéluctablement. Pourtant, ce jour-là, certains retrouvèrent un sourire perdu depuis leur arrivée. Pourtant ce jour-là, l'insouciance apparut quelques instants chez certains.

Qu'est donc l'homme face à ses instincts les plus primaires ?

Il est tard, le soleil se couche. Au loin, derrière les portes, grondent les zombies affamés. Tout près derrière ces portes, la mort appelle les hommes fatigués.

Bon, ce ne sont pas vraiment des chroniques, mais bon, je voulais juste poster le premier pour voir la réaction de "l'Impératrice" !! Very Happy
L'auteur peut m'envoyer un MP pour que j'efface le message Smile [mais je ne sais pas si je le ferais :p]
Revenir en haut Aller en bas
hardork

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mar 11 Jan 2011 - 23:02

En tout cas j'adore le type de RP qui découle des évènements ( le PMV est une source inépuisable de récits héroiques ^^)

Je vais tenter de faire un autre récit pour résumer et raconter la fin mais comme je suis plus en vacances c'est plus chaud! Surtout que Makii m'exploite en ce moment ^^

En tout cas j'aime bcp le texte RP de monsieur X ( j'accepte les pots de vins pour le dénoncer) et ton texte Buldo ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Buldo

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 0:05

Merci Hardork ! Smile

Pour le/la mystérieux(se) X, on va d'abord attendre le châtiment que l'Impératrice lui réserve avant de vendre sa peau, non ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
ThirdSword

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 0:26

Il vaudrait mieux ne pas révéler l'identité de X, l'Impératrice lui en veut déjà pour un autre évènement... il n'y survivrait pas cette fois^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 0:57

X = Vodkarus imho Cool
Revenir en haut Aller en bas
ThirdSword

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 0:59

Palla, c'est trop bien écrit pour que ça soit Vodka l'auteur... ou alors il a un nègre.
Revenir en haut Aller en bas
vodkarus

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 0:59

ah non C'est pas moi qui ait parlé des zombies chéris de l'impératrice pour une fois !
exactement thirdsword !
Revenir en haut Aller en bas
Talsi

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 7:51

Buldo a écrit:
Pour le/la mystérieux(se) X, on va d'abord attendre le châtiment que l'Impératrice lui réserve avant de vendre sa peau, non ? Smile
Je préfère lui laisser la surprise... Twisted Evil

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jim_Nastiq

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 10:27

pourquoi tant de mystère alors que tout le monde peut facilement savoir de qui il s'agit ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Zoltan

avatar


MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   Mer 12 Jan 2011 - 15:33

Disons que les zombies ne peuvent pas savoir que c'est moi qui l'ai écrit ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique de l'étendue de la peur au ventre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique de l'étendue de la peur au ventre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chronique de l'étendue de la peur au ventre
» La blague la plus flippante :peur:
» Peur de l'hiver
» [Projet] - Ywaq puul skshgn [ Ils boivent votre peur ]
» Ma chronique #5 sur le vin dans le magazine le Denturo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte d'Enroth :: Hordes :: Hordes - partie publique-
Sauter vers: